Intervention au Lycée Sainte Marie d’Antony (décembre 2013)

Serge Gougbèmon et Jean-François Petit, co-directeurs du REPHI, sont intervenus le 2 décembre 2013 auprès des lycéens du lycée Sainte Marie d’Antony sur le thème : « Aux sources de la question interculturelle chez Albert Camus ». 

Beaucoup aujourd’hui, comme Edward Saïd font d’Albert Camus le dernier représentant d’une culture française internationale impérialiste. Encore récemment, Yves Ansel a tenté de montrer que toute son œuvre, littéraire ou journalistique, ne réussit pas à se débarrasser d’un « inconscient colonial ». En ce sens, selon lui, il vaudrait mieux moins lire Les chroniques algériennes de 1958 que ses romans et nouvelles…

Dans cet ouvrage, Camus reprend sa dénonciation du système colonial de 1939 intitulée Misère en Kabylie. A l’origine, ce livre était une enquête pour le journal « Alger républicain ». Dans ces 11 articles, on peut certes y voir une forte critique de l’administration française, mais on y perçoit aussi un appel aux « colons de bonne volonté », le soutien à une politique « généreuse » d’assimilation et l’idée que la conquête coloniale française a aidé les peuples conquis « à garder leur personnalité ». >>> Lire la suite

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.