Colloque Laïcité et interculturalité, les 7 et 8 avril 2016

Le REPHI a organisé les 7 et 8 avril 2016 un colloque international de Philosophie intitulé « Laïcité et interculturalité », à l’Institut Catholique de Paris.

=> Argument du colloque

=> Programme du colloque

=> Télécharger des conférences


Il pourrait y avoir un rapport d’homologie entre les conflits inter-religieux qui ont conduit à l’instauration d’États laïcs et les conflits entre les identités et les cultures auxquels on doit  désormais faire face dans le monde contemporain par l’interculturalité. Laïcité et interculturalité seraient des réponses analogues à des conflits analogues.

Mais l’interculturalité est-elle seulement un concept analogue ? Ne conduit-elle pas à un élargissement, un approfondissement, une transformation de la laïcité dans un sens à repréciser aujourd’hui ?

Car, avec l’interculturalité, il ne s’agit pas simplement de la neutralisation d’un espace de relations, avec un retrait des convictions et des identités dans le domaine privé, mais la possibilité d’interactions actives qui permettent à chaque individu, à chaque groupe humain d’évoluer et de s’enrichir culturellement.

Ce colloque international de recherche invitera à redéfinir et à comparer des expériences de la laïcité, de la vie sociale sécularisée, de la culture et de l’interculturalité. Il visera à mieux cerner conceptuellement des notions et leurs rapports (laïcité, sécularisation, interculturalité, multiculturalité, espace public, etc.).

Il concernera le rapport que chacun peut avoir à son identité et à ses convictions et à celles des autres. Il mettra en jeu la compréhension que la République, la religion et la culture peuvent avoir chacune d’elles-mêmes en tant qu’ensembles pratiques.

Pour ce qui le concerne, dans son rapport avec les religions et les cultures, l’État reconnaît aujourd’hui les limites de son fonctionnement dans l’espace public, notamment de l’école ; une formation qui prendrait en compte la différence des religions dans un cadre réélaboré est plus que jamais nécessaire. Mais une prise en compte de l’interculturalité, dont beaucoup de jeunes font l’expérience de fait, ne permettrait-elle pas de faire mieux ?

Dans ce colloque, une table-ronde finale demandera à des « représentants » des religions de dire comment ils comprennent chacun dans leur religion le rapport entre laïcité et interculturalité, après avoir suivi l’ensemble des interventions.

Serge Gougbèmon et Jean-François Petit, directeurs du REPHI

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.